Le Brochet a la Cuiller tournante

Le BROCHET à la cuiller

Aglia Mepps N°7

Le brochet est le carnassier le plus convoité dans l'hexagone. Nombreux sont ceux qui le traquent sportivement, en se déplaçant de poste en poste, munis d'une boite à cuillers bien garnie. Les sensations découvertes engendrent un engouement certain chez les vrais passionnés, toujours en quête de nouveautés pour surprendre le brochet de leur rêve.

LA PRATIQUE

décrochage

La cuiller tournante est le leurre de référence pour pêcher activement le brochet. C'est une mécanique de précision dotée d'une palette fixée sur un axe. Elle entre en mouvement à la moindre pulsion dés son entrée dans l'eau. Contrairement à la cuiller ondulante la cuiller tournante occasionne une pêche de précision dans une surface réduite, près des obstacles pour traquer les gros brochets au plus profond de leur repaire.

Les effets émis par la cuiller tournante

Les ondes de fréquence basse émises par l'effet hydraulique de la palette de la cuiller, l'effet teaser du leurre ainsi que l'effet signal provoqué par les couleurs ont la particularité de surprendre les brochets en réveillant ses sens de chasseur à l'affût. Alertés par sa ligne latérale, le brochet à l'approche de la cuiller près de son antre, se focalise sur la palette qui dégage des signaux lumineux. Son attaque est fulgurante, il suit la cuiller dans sa course et ajuste son coup de gueule sur le triple doté d'un pompon rouge ou jaune. Cet artifice simule les nageoires d'un cyprin ou la blessure sanglante sur une proie. La pêche à la cuiller est exaltante, le pêcheur traque le brochet en imaginant son positionnement dans la rivière. Chaque branche, chaque souche, chaque décrochement et rupture d'un fond linéaire sont explorés avec minutie. Vous évoluez comme un chasseur dans un milieu qui vous est parfaitement familier. Avec l'expérience vous vous positionnez à chaque fois le long de la berge en faisant évoluer votre cuiller à travers les obstacles et les courants qui font vire volter la palette sur les relâchés comme une proie en perdition entre deux remous. Cette technique faisant évoluer le leurre le plus naturellement possible est irrésistible pour le brochet qui se fait piéger à chaque fois.

Giant Killer

Les différentes formes de palette

Les palettes à forme allongée

La palette dite feuille de saule dont la forme est effilée tourne assez rapidement autour de son axe. La pointe de la canne ne va pas être trop sollicitée car le cône de rotation de la palette est relativement fermé, offrant une prise d'appui sur l'eau très faible. De ce fait, elle convient parfaitement pour pêcher dans les courants puissants des fleuves et rivière. Son corps lourd, permet d'exploiter les postes au large les plus profonds. Elle est très productive sur une courte distance, car elle se met en mouvement dés qu'elle touche l'eau Sa rotation reste rapide même lorsque la cuiller évolue au ralenti. En lac, ses pulsations régulières renvoyant de nombreux signaux acoustiques et lumineux sont une arme évidente pour traquer les carnassiers peu actifs sur le fond.

Les palettes ovales et larges

Les palettes dite " ongle " ont la particularité de tirer d'avantage. Sa forme large avec un cône de rotation plus ouvert, donne un appui plus important. Son battement papillonnant se déclenche même à l'arrêt du leurre, en rivière dans les meuilles et les remous. Lorsque le courant est trop fort, la cuiller à tendance à remonter, il est alors préférable de l'utiliser dans les contre courant. En lac, cette action feu follet est également un atout car elle reproduit à perfection les mouvements d'une proie en difficulté. Ces palettes sont très meurtrières car elles produisent de nombreux changements de pression, en brassant beaucoup d'eau. Les ondes acoustiques de fréquence basse sont entendues de très loin par les carnassiers à l'affût. Dans cette catégorie, la Mepps N°1 est la cuiller de base pour la pêche au lancer, c'est le modèle le plus vendu au monde. Le plus gros modèle actuel est la Mepps N°7 qui convient parfaitement pour la traque des très gros brochets.

Les palettes trifaces incurvées

Ces formes sont conçues spécialement pour le brochet car cette palette a le pouvoir de tourner à son extrême ralenti sur de simples relâchés de bannière en descendant dans la couche d’eau inférieure. Leurs corps non plombés, très légers, nécessitent quelquefois un plomb additionnel de tête pour pêcher plus lourd. Celui-ci ne gêne en aucun cas leur nage. Ainsi plombée, la cuiller va nager en dent de scie lorsque vous la solliciterez avec la pointe de la canne.

Capture

Le choix des couleurs un atout non négligeable

Certains pêcheurs se servent au cours d’une même journée d’une seule et unique couleur de cuiller sans se soucier de la luminosité et de la clarté de l’eau. Les couleurs les plus utilisées sont l’argent tôt le matin pour une eau peu teintées, faisant place à la couleur or à la mi journée en eau claire lorsque le soleil est au Zénith. Les palettes décorées déclenchent le signal cible mettant en éveil les sens prédateur proie. Les palettes de couleur fluorescentes captent les ultra violets dans les eaux profondes ou troubles où les nuances de couleur sont males perçues. Certaines palettes sont micro pigmentées et réfléchissent 100% de la lumière.

Une génération de cuiller spécialement adaptée pour le brochet

  • La lusox tandem à axe souple :
  • Ce tandem distribué par MEPPS depuis quelques années est la première cuiller à axe souple constitué en crinelle d’acier. Cet axe donne à la cuiller une densité presque égale à celle de l’eau rendant sa nage exceptionnelle. Elle peut être travaillée à la façon d’un leurre souple. Le brochet une fois piqué, ne trouve pas de point d’appui en secouant la tête sur l’eau, le corps de la cuiller amortissant les chocs. Cette cuiller est utilisée seule ou accompagnée d’un plomb cuiller pour descendre plus profondément dans la colonne d’eau.
  • La tandem Giant killer : Cette cuiller longue d’une vingtaine de centimètres est destinée aux gros spécimen. Un teaser d’une dizaine de centimètres constitué d’une touffe de poils armées de deux hameçons doubles et plombées à l’intérieur est fixé à l’anneau brisé central. De nombreux pêcheurs français sont encore effrayés par ce modèle et n’osent pas l’employés du fait de la taille de ce leurre qui leurs semble gigantesque. Ils sont habitués à des captures souvent de taille modeste et ne veulent pas risquer leur partie de pêche en recherchant uniquement le spécimen beaucoup plus rare en employant un leurre trop gros pour être engamé par un brochet moyen. Il est évident que ce modèle est sélectif et qu’il est destiné aux gros poissons. Un brochet correct de 70 à 80 centimètres peut largement l’engamer sans difficultés. Des poissons de cette taille sont présents en quantité suffisante dans nos eaux pour vous permettre de vous amuser au cours d’une journée de pêche active. Dans les premiers jours de l’automne, les brochets sont axés sur les alevins et les petites proies. Hormis cette période, augmentez la taille de vos leurres pour faire une sélection de vos captures et voir grandir au cours des années vos carnassiers dans l’échelle des tailles.
  • L’aglia Mepps7 : Ce modèle a été longtemps attendu. Il a été spécialement étudié pour le brochet. N’oubliez pas que le brochet se capture couramment sur des modèles n°4 ou 5, le modèle n°7 était indispensable. Il est idéal pour explorer les grands lacs et les rivières de plaines à gros gabarit et à courant lent. Ses signaux sont perçus de très loin dans les eaux sombres où la visibilité est réduite. Cette cuiller plombée sur son axe, comme le modèle précédent, ne nécessite pas l’adjonction d’un plombage en tête.
Giant Killer
Lusox tandem souple
Giant Killer


L’action de pêche

Les lancers retenus

Les bruits proches de la surface sont perçus par les carnassiers qui les assimilent à un déplacement de proie. L’impact de la cuiller est souvent suivi d’une touche très brutale lorsque les brochets sont en chasse entre deux eaux. Vous pouvez accentuer ce phénomène en jouant sur l’accélération du leurre dés sa rentrée dans l’eau. Freinez votre fil, en exécutant une pulsion avec votre index sur la bobine au dernier moment pour réduire la vitesse, le splash de la cuiller se verra alors amplifié. Lorsque vous opérez sur un poste serré près de la bordure et encombré, ce phénomène a tendance à mettre en éveil les carnassiers au repos. Vous devez après chaque lancer au ras des obstacles, vous tenir prêt à ferrer sur une touche très rapide pour ne pas vous faire surprendre.

Un bon fonctionnement du mécanisme

Le mécanisme du leurre doit être bien perçu pendant son déplacement pour saisir toutes les subtilités de son fonctionnement. Une cuiller très légère travaillant à la descente est utilisée dans ce sens. Vous la récupérez par des accélérations successives en jouant sur la bannière et en la retenant dans sa descente. Un contre courant en rivière peut être bénéfique pour accentuer la bannière et faire prendre un virage à la cuiller pour la ralentir. La touche du brochet se produit fréquemment à cet instant, car il a le temps de la saisir en ajustant son coup de gueule. Le brochet est très maladroit, il rate souvent son attaque sur un leurre trop rapide.

Stratégie de pêche

Certains jours les brochets sont en furie et attaque la cuiller dés qu’elle touche l’eau. Quelquefois les brochets attaquent quand la cuiller passe près du fond lorsque celui-ci est tapissé d’obstacles. Pour parer à ces différences de niveau, il est impératif de pêcher toutes les couches d’eau. Les premiers ramenés s’exécutent assez rapidement pour maintenir la cuiller proche de la surface. Puis successivement vous ramenez de moins en moins vite pour que le leurre descente de plus en plus du fond. Trois ou quatre lancers dans chaque axe sont nécessaires à différents niveaux. L’attention du pêcheur se porte sur la manivelle du moulinet. La canne est maintenue pointe en bas, ce n’est plus qu’un outil qui sert à prolonger le bras lors des ramenés. Une sensation tactile est perçue lorsque la manivelle est maintenue délicatement entre le pouce et l’index. Votre concentration se porte sur les vibrations de votre leurre que vous arrivez à percevoir. A la moindre anomalie du mécanisme, perte de contact, frottement, le ferrage est immédiat. Cette technique pratiquée à la perfection durant de longues heures, est très difficile car elle vous demande une très grande concentration.

La pêche du bord en parallèle de berge

Pour pratiquer la pêche à la cuiller tournante du bord, il est nécessaire d’opérer avec une paire de waders pour approcher au plus près de la première marche où sont embusqués les brochets. N’oubliez pas avant de rentrer dans l’eau et faire du bruit, d’exploiter toute la zone qui se trouve devant vous. L’action de pêche par la suite se pratique vers l’aval. Votre cuiller doit suivre la cassure de la berge, en passant au plus près de tous les obstacles sans s’y accrocher. Les herbiers ont disparus et les caches sont rares, mais les brochets ne répondent pas toujours instantanément, soyez patients. Chaque zone doit être explorée avec minutie et insistance avant de passant au poste suivant.

En bateau

L’ennemi majeur de cette pêche est bien entendu le vent qui vous repousse sans cesse vers le large ou contre la berge. Lorsque le temps est clément il est très agréable de dériver le long des berges. Le moteur électrique est un outil indispensable pour apporter la correction sur votre dérive en gardant toujours la bonne distance par rapport au bord. Si avec un peu de chance l’eau est calme et claire, les brochets n’auront pas le bec cloué.

Le matériel

La canne

En utilisant une canne d’action plutôt raide, les plus infimes vibrations du leurre vont être perçues dans le moindre détail. Un modèle trop souple amorti les perceptions tactiles que vous ressentez dans votre poignet ainsi que dans la manivelle du moulinet. Une puissance trop faible peut également fausser les informations lorsque vous employez des leurres de gros modèles dans le courant à une grande distance. Une puissance 20-50gr semble bien convenir à cette technique. La longueur de la canne se situe aux alentours des 2m70 pour le bateau et 3m pour la pêche du bord. Choisissez un modèle avec un porte moulinet amovible pouvant être régler à la bonne distance du talon une fois le moulinet monté. Le bon équilibre de votre canne une fois en action vous apporte un meilleur confort que vous apprécierez après de longues heures de traque.

La tresse

Désormais nombreux sont ceux qui l’utilisent. Mes derniers essais avec la tresse Fireline XDS ont été très concluants. Cette tresse ultra résistante est très souple. L’effet d’échauffement dans les anneaux est limité par un revêtement en téflon qui améliore la distance des lancers. Sans forcer, les jets sont plus longs par rapport à une tresse traditionnelle.

La crinelle d’acier

La société Cannelle distribue de fameux bas de ligne à brochet « prêt à pêcher » Leur longueur est de 40cm pour une résistance qui varie de 3 à 12 kg référence choisie :726 Vous pouvez également vous les préparer en utilisant le conditionnement bobine 5 ou 10m plus économique. N’omettez pas côté cuiller un émerillon de bonne qualité pour conserver l’optimum du mouvement de rotation de la palette. Ref VMC :3531 BK La pêche du brochet à la cuiller est une technique très amusante. Elle est très agréable à pratiquer car c’est une pêche itinérante le long des berges encombrées. L’effet de surprise est indéniable, il vous rapporte de nombreuses prises lorsque votre approche est très discrète. C’est le splash de votre cuiller qui doit à chaque fois réveiller le brochet à l’affût dans sa cache et non pas une branche qui craque ou un caillou qui résonne sur le sol. Cette traque est une grande école qui va vous permettre d’approfondir vos connaissances du milieu aquatique en opérant sur de nombreux postes dans des conditions souvent différentes.



Source : poisson.site.voila.fr

5 votes. Moyenne 4.40 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×