8 très bonnes techniques, comparées

Tout pêcheur a sa technique de prédilection. Mais pour que le succès soit au rendez-vous, mieux vaut les connaître toutes pour pouvoir choisir la plus performante à tout moment et en tout lieu !

La pêche au quiver tip  

La pêche au quiver tip

Cette pêche est une des plus simples. Elle correspond à la plombée d’autrefois, revue et améliorée par nos confrères anglais.

Elle est préconisée principalement dans les eaux closes, mais il est impératif de pêcher sur des fonds propres.

Grâce à cette technique, il est possible d’approcher les poissons méfiants et de belle taille, situés souvent loin du bord et qui s’alimentent essentiellement sur le fond. La canne est équipée d’un scion ultra sensible qui facilite la détection des touches avec précision. Très souple, il bouge à la moindre tirée.

La pêche au feeder

C’est dans les courants forts que la pêche au feeder est supérieure à toutes les autres. Mais elle convient également à chaque fois qu’il faut pêcher loin du bord et qu’il devient difficile d’amorcer avec précision. Un autre de ses atouts est la possibilité de pêcher des secteurs très profonds.

Le rôle du feeder est double : il sert à la fois de lest pour lancer la ligne et d’amorçoir pour distribuer l’amorce en petite quantité, mais toujours à proximité de l’hameçon. Le choix du feeder et sa taille dépendent de la force du courant, du type d’amorce ainsi que du poisson recherché.

 

La pêche à l’anglaise

L’anglaise au flotteur fixe

La pêche à l’anglaise au flotteur fixe convient à merveille pour les étangs et petits plans d’eau dont la profondeur ne dépasse pas la longueur de la canne. Elle rend possible de faire évoluer l’esche au-dessus du fond. L’objectif est d’atteindre des zones éloignées du bord, où se situent des poissons méfiants, dérangés par l’activité sur les berges ou recherchant des eaux plus tempérées.
L’anglaise permet de pêcher même les jours de grand vent. Il suffit de noyer la bannière pour que l’intégralité de la ligne échappe aux mouvements de surface, créés par les vagues.

L’anglaise au flotteur coulissant

Cette technique s’utilise à chaque fois que la profondeur du poste est supérieure à la longueur de la canne. Elle est irremplaçable pour pêcher en lac où les poissons s’installent volontiers dans des secteurs profonds. L’essentiel est de trouver une zone à fond plat, d’assez grande surface et si possible, à l’abri du vent dominant.
Si le poste idéal est très éloigné des berges, une barque est souhaitable. Mais dans ce cas-là, plus question de lancer ! Il suffit de laisser tout simplement la ligne descendre à la verticale du scion.

La pêche à la bolognaise

La bolognaise reste inégalée pour pêcher dans les cours d’eau de gros calibre, à courant soutenu. Elle s’adresse aux gros poissons qui occupent des postes profonds et éloignés du bord.
Le plus important dans cette technique est de déterminer la bonne coulée. Pour « lire l’eau », il faut apprécier les différents courants, tant en surface qu’en profondeur et surtout, trouver l’endroit où se situent les poissons. La principale limite de la bolognaise est la présence du vent qui handicape fortement l’évolution de la ligne.

  

La pêche à la grande canne

La pêche à déboîter

C’est en eaux closes, étangs, canaux, lacs, que la pêche à déboîter s’avère irremplaçable. Elle permet de pêcher loin du bord, à une distance de 9 à 14 mètres, mais juste sous la pointe du scion, donc avec une bannière réduite. La longueur de la ligne ne dépend pas de celle de la canne, mais de la profondeur de pêche qu’elle dépasse de 50 cm à un mètre maximum.
Avec une bannière aussi courte, il est facile de retrouver la zone amorcée avec une extrême précision. De plus, il devient possible de réaliser des manœuvres d’aguichages*, relevés, relâchés... de simplement quelques centimètres. Tous les poissons peuvent être capturés avec cette technique.

La pêche à passer

La pêche à passer comme son nom l’indique, consiste à laisser « passer » ou dériver naturellement la ligne, à la vitesse du courant. Elle est tout à fait adaptée pour les courants réguliers mais également en eaux closes, canal, lac et étang.
La canne est d’une longueur de trois à huit mètres. La ligne quant à elle, est plus courte d’une trentaine de centimètres. Il convient d’amorcer régulièrement, toujours au même endroit. Cette technique s’emploie le plus souvent pour pêcher la friture, mais elle permet aussi la capture de beaux poissons.

La pêche à caler

Egalement appelée pêche à bloquer ou surplomber, la pêche à caler est d’une redoutable efficacité pour capturer en rivière ou en fleuve de gros cyprins. Il est bien connu que ces poissons blancs se nourrissent quasi exclusivement sur le fond, en ramassant la nourriture immobile. Par conséquence, il est très difficile de les intéresser en faisant des coulées. L’esche passe souvent beaucoup trop vite !
La particularité de la pêche à caler est justement de pouvoir immobiliser l’appât comme dans les pêches en plombée avec moulinet. Ici, c’est à l’aide d’une canne au coup à emmanchement qu’il convient de bloquer la ligne sur la zone amorcée.

  

8 techniques ne veut pas forcément dire 8 cannes différentes, car seulement 3 peuvent suffire. La première, à emmanchement, mesure 9,50 m et sert pour la pêche à passer, à déboîter et à caler. La deuxième est une canne dite feeder, d’une longueur de 3,90 m qui rend possible de pêcher à l’anglaise au flotteur fixe et coulissant, au quiver et bien évidemment au feeder. La dernière est une canne bolognaise, longue de 5 mètres. Quant aux moulinets, un seul et unique modèle suffit à condition qu’il soit parmi les plus performants, possédant un frein précis, une bonne vitesse de récupération, 80 à 90 cm au tour de manivelle, et trois bobines interchangeables, garnies en 12, 15 et 18/100.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Commentaires (5)

1. SusanaLittle28 03/01/2012

Cars and houses are not cheap and not every person can buy it. However, business loans are created to aid different people in such kind of cases.

2. SusanaLittle28 03/01/2012

Cars and houses are not cheap and not every person can buy it. However, business loans are created to aid different people in such kind of cases.

3. SusanaLittle28 03/01/2012

Cars and houses are not cheap and not every person can buy it. However, business loans are created to aid different people in such kind of cases.

4. SusanaLittle28 03/01/2012

Cars and houses are not cheap and not every person can buy it. However, business loans are created to aid different people in such kind of cases.

5. SusanaLittle28 03/01/2012

Cars and houses are not cheap and not every person can buy it. However, business loans are created to aid different people in such kind of cases.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×