Hameçons, foullis, amorcage

FIXATION DE L’HAMEÇON

Pour pouvoir être fixé sur la ligne, l’hameçon se termine côté tige, soit par un œillet soit par une palette. En général, lespetits numéros sont dotés d’une palette. Le grand avantage de celle-ci repose sur le fait que l’hameçon soit installé dans le parfait prolongement de la ligne. Aucune torsion n’entrave ni la bonne présentation de l’esche, ni le ferrage.
Les hameçons de grande taille, souvent utilisés avec de gros nylons, sont eux, pour cette raison,
dotés d’un œillet car plus faciles à fixeravec un nœud adapté.

Fixation d’un hameçon à œillet
1 - Passez une dizaine de cm de fil dans l’œillet, puis repliez-le.
2 - Réalisez 5 enroulements et passez-le tout d’abord dans la boucle de nylon près de l’œillet et ensuite dans la boucle en partie haute.
3 - Tirez jusqu’au parfait blocage de l’ensemble.

Fixation d’un hameçon à palette
1 - Pliez 5 ou 6 cm de nylon et positionnez-le sur la tige de l’hameçon.
2 – Réalisez au minimum 5 enroulements de façon à emprisonner la boucle ainsi créée puis passez le nylon dans la boucle.
3 – Tirez simultanément sur les deux parties et coupez l’excédent.



LE FOUILLIS DE VERS DE VASE

Ces petites larves rouges, sorte de vers de vase en miniature sont souvent considérées, à juste raison, comme unvéritable « aimant à poissons », au point que dans les concours sa quantité est actuellement limitée.
Les larves tapissent le fond des eaux courantes et très riches en matières organiques en décomposition, les rejets de laiterie, d'abattoirs, des stations d'épuration sont en général très favorables au développement de ces larves.

On utilise le fouillis
dans les amorces de surface et de fond. Il devient obligatoire lorsqu'on pêche au ver de vase. Le fouillis est mélangé aux farines juste avant de confectionner les boules et de les lancer. Employé pur, il affole les poissons au point de les gaver. Les pêcheurs de concours l'utilisent parfois ainsi pour faire monter les poissons entre deux eaux et marquer des points en fin d'épreuve.
En période d'envol en avril, le fouillis est rare, on l'emploie parfois alors congelé, cette forme est commercialisée également en aquariophilie.



L’AMORÇAGE: QUELQUES REGLES FONDAMENTALES...

Le pêcheur qui gère parfaitement son amorçage attire le poisson à un endroit et ensuite joue sur la concurrence alimentaire. Unetrop grande quantité d’amorce risque de gaverle poisson qui ne possède pas un tube digestif extensible à l’infini. Le manque de nourriture aboutit à ce qu’il quitte les lieux à la recherche d’un nouveau festin !

Plus les poissons sont nombreux, plus il faut augmenter la quantité d’amorce distribuée. Vous piquez une brème toutes les 2 minutes, cela veut dire qu’il y a du monde sur le fond. Si vous ne prenez pas le temps d’entretenir le coup, elles vont rapidement le nettoyer et se disperser. Par contre, si vous capturez un petit gardon toutes les 10 minutes, il reste suffisamment d’amorce. Attendez que les plus gros arrivent et que les touches se multiplient pour réamorcer !

Autre erreur : refaire un amorçage massif en l’absence de touches ! Il est parfaitement normal d’attendre la première attaque de 15 à 30 minutes, parfois plus, surtout quand les boules sont très compactes. La nouvelle distribution serait vaine, voire même néfaste puisque tout simplement, les poissons ne sont pas encore arrivés sur le coup !

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site