La Peche a la Dandine

La pêche à la dandinette

vignette Rapala W

 

Également appelée pêche à la dandine, cette technique ancestrale et universelle connaît un regain de popularité spectaculaire avec le développement de la pêche verticale profonde, notamment en lac de barrage.

Elle consiste tout simplement à animer un leurre à la verticale et de façon répétitive. Une tirée plus ou moins sèche décolle le leurre, on donne du mou dans la ligne et il retombe. On recommence aussitôt : tirée, relâché, tirée, relâché et ainsi de suite.

À première vue ce n'est pas vraiment une pêche d'intellectuel, et son côté mécanique défrise certains puristes amateurs d'animations savantes et de sophistication. Comme l'écrivait un jour Albert Drachkovitch : "On dirait qu'il y a des gens pour qui la simplicité est une offense"...

En réalité la dandinette a ses subtilités -comme la plupart des méthodes simples en apparence- et l'on observe souvent des écarts de prises significatifs entre deux pêcheurs utilisant le même leurre au même endroit. Parfois ça peut même faire très mal, et le score le plus sévère dont je me souvienne s'est soldé par une centaine de poissons (dont 6 sandres) à zéro, sur deux jours de pêche... Je vous laisse le soin de conclure.

Une technique énervante

perche pris à la cuiller à dandinerMais ne mettons pas la charrue avant les boeufs, et pour l'instant contentons nous de bien comprendre le principe de base de cette méthode. Son efficacité est due au fait qu'elle joue sur la curiosité et l'agressivité du poisson. C'est le cas de la plupart des pêches aux leurres, mais plus particulièrement de la dandine, pour trois raisons :

- Les mouvements vifs et désordonnés du leurre attirent l'attention des carnassiers, et parfois de loin, car il existe un grand principe subaquatique qui veut que tout ce qui bouge vite se répartit en deux catégories possibles: proie (si c'est plus petit que soi) ou prédateur (si c'est plus gros).

- Il est connu que le mouvement vertical d'une proie potentielle déclenche facilement le reflexe d'attaque des carnassiers, en particulier la perche et le sandre. En effet, c'est typiquement un mouvement de fuite, que ce soit à la montée ou à la descente.

- La dandine est une technique insistante qui permet de "marteler" un poste au point que le carnassier finit par "s'échauffer". La tension monte et bien souvent il craque et commet la faute, même s'il n'est pas vraiment en chasse.

 

Que pêche-t-on à la dandinette ?

Tous les carnassiers sans exception y sont sensibles, mais les plus intéressés sont, par ordre décroissant, la perche, le sandre et le brochet. Le tout est qu'ils se tiennent à proximité du fond, car même s'il est possible (et parfois nécessaire) de dandiner entre deux eaux, c'est tout de même une technique qui se pratique la plupart du temps sur le fond.

De même, il est nécessaire d'avoir une certaine profondeur, car dandiner dans un mètre d'eau n'a pas vraiment de sens (encore que j'aie quelques souvenirs mémorables à ce sujet...). Plus on pêche profond et plus la dandine est avantageuse par rapport aux autre méthodes, et au delà de 20 mètres c'est quasiment la seule valable, puisque quoi que l'on fasse on se retrouve vite à la verticale.

C'est pourquoi la dandinette donne ses résultats les plus réguliers en hiver, quand le poisson se tient en profondeur et plaqué au fond. Mais on peut l'utiliser en été avec parfois d'excellents résultats.

Où peut-on l'utiliser ?

ponton : idéal pour la dandinePartout où la profondeur à la verticale du scion est suffisante, disons à partir de 2 mètres.
Du bord cela dépend évidemment de la longueur de la canne, mais aussi de la configuration de la berge : rechercher les rives abruptes, les falaises, les trous d'eau, les quais ou pontons, voire même les ponts d'où la pêche serait permise (en général la pêche depuis un ouvrage est interdite, mais il existe de nombreuses tolérances et dérogations).

En barque le problème ne se pose pas, puisque l'on peut se placer à la verticale du poste à prospecter, ce qui permet d'utiliser une canne courte, plus légère et donc moins fatigante.

Il ne faut pas hésiter à rechercher les rives et les postes encombrés : les autres pêcheurs les évitent, mais la dandine permet de les prospecter mieux que d'autres technique, d'autant que les leurres utilisés sont souvent bon marché (c'est une pêche économique) et de surcroît très facile à décrocher (voir à ce sujet le chapître "décroche-leurres")

 

Une technique critiquée.

La dandine a auprès de certains une réputation de pêche de braconnier, car il arrive régulièrement de piquer du poisson "par les bretelles" (c'est à dire ailleurs que par la gueule).

C'est que le leurre se déplaçant vite et de façon désordonnée, le carnassier peut rater la cible et se faire alpaguer au passage.
Certains jours, il arrive également que, exaspéré par la danse incessante du leurre, il finisse par le frapper du museau ou de la queue et se fasse prendre .

Dans la mesure où ce grappinage n'est ni délibéré ni fortuit (il y a bien eu attaque), le pêcheur n'a rien à se reprocher.
La loi fait obligation de remettre à l'eau immédiatement tout poisson qui n'aurait pas été piqué par la gueule.

Le matériel

  • Du bord, une canne assez longue (3m50 à 4m40), la plus légère possible.
    Éviter les triques lourdes et rigides qui vous cassent le bras. Une certaine souplesse dans le scion est un atout. Une canne du genre "perche-truite à roder" est parfaite. Si l'on veut plus de puissance (encombrement, leurre plus gros), un modèle "perche-sandre à roder" reste encore assez maniable, bien que plus lourd.

    En barque, une canne courte (1m80 à 2m40) et ni trop raide ni trop puissante, genre canne à vairon pour la truite, ou canne à leurre souple si l'on veut plus de puissance.

  • Le moulinet n'a pas d'importance pourvu qu'il soit léger.

  • Nylon 24 ou 26/100, de préférence fluo. En eau profonde, une tresse fine est un "must" quasi incontournable.

  • Un assortiment de leurres à dandiner de poids différents (7 à 20 gr).

  • Une pierre à aiguiser les hameçons (indispensable).

  • Des bas de ligne acier (ou de l'acier en rouleau) de 6 kg de résistance pour les eaux riches en brochet.

  • Accessoires : pinces, décroche-leurres, hameçons triples de rechange.

II :

Les leurres à dandiner

vignette Rapala W

Voici un rapide tour d'horizon des différentes catégories de leurres que l'on peut utiliser pour la dandine.

Tous sont présentés grandeur nature

 

Le poisson d'étain

poisson d'étain
Un grand classique. C'est un leurre moulé en forme de petit poisson plus ou moin stylisé. En théorie il devrait être fait en étain comme son nom l'indique, mais en réalité il est souvent fait de plomb par mesure d'économie. Existe en différentes tailles et poids.

La plupart des modèles sont armés d'un hameçon double pris dans la masse, mais on en trouve à hameçon simple ou triple. C'est un leurre économique et efficace, mais non sans défauts.

 

Le plomb palette

plomb palette
Nettement moins connu, sauf dans le Massif Central où c'est le leurre à dandiner de référence, le plomb palette est presque une curiosité, que ce soit pour son efficacité étonnante ou la façon de le monter (plomb coulissant en porte à faux sur le fil).

Economique mais pas toujours facile à trouver.

 

Le guignol

guignol
Leurre rustique en plomb, de fabrication artisanale, qui reprend et améliore le principe du poisson d'étain. L'hameçon triple est monté sur anneau brisé, ce qui facilite le décrochage des obstacles. La taille est généralement plus importante que celle du poisson d'étain car le guignol a été mis au point pour le sandre.

Ce leurre étant surtout "fait maison", il est bien sûr économique et l'on peut rencontrer des formes diverses, mais presque toujours fuselées. On trouve quelques modèles dans le commerce, généralement peints ou décorés.

 

Les cuillers en plomb

cuiller en plomb
Au départ ce sont des leurres pour la mer, ce qui explique que l'on a du mal à en trouver dans les petites tailles. Ces cuillers en plomb ont une section aplatie, sont plus ou moins cintrées, et donc possèdent une nage plus virevoltante qu'un guignol.

Les modèles les plus sophistiqués sont décorés à la scalétite (adhésif réfléchissant), possèdent un émerillon au point d'attache, et parfois un hameçon orné de brill. Mais on trouve aussi des modèles nus simplement chromés.

 

Les cuillers en laiton

cuiller en laiton
Ce sont de véritables cuillers, strictement indéformables, spécialement conçues pour la pêche en dandine ou pouvant être employées également comme cuillers ondulantes lourdes. Leur densité, moins importante que celle du plomb, leur confère une nage plus papillonante. Les revêtements sont du même type que ceux des cuillers classiques.

Ces modèles, rares en France, sont excellents mais plus chers que les autres.

 

Les cuiller vibrantes

cuiller vibrante
Ce sont des lames de métal (cuivre en général) qui figurent un genre de poissonnet fixé par le dos. Sur une tirée sèche elles vibrent rapidement dans le plan horizontal. Sur un relâcher elles descendent en tournoyant ou en papillonant. Certains modèles ont plusieurs points d'attache, ce qui permet de modifier la vitesse de vibration.

Très peu utilisé en France et quasi introuvable.

 

Les poissons nageurs vibrants

cuiller vibrante
Ils fonctionnent exactement sur le même principe que les cuillers vibrantes, mais le corps est plus volumineux et la densité moindre. Généralement faits de plastique creux alourdi avec des billes bruiteuses.

Ce ne sont pas strictement des leurres à dandiner, et l'on peut aussi les utiliser au lancer horizontal, parfois dans très peu d'eau.

 

Les poissons nageurs en plomb

Rapala W
Ces imitations de poissonnets en plomb s'attachent par le milieu du dos. Chaque extrémité est armée d'une pointe d'hameçon, et un petit triple pend sous le ventre. L'une des extrémité reçoit un genre de bavette de plastique en V, un peu comme une queue d'écrevisse. Sur une tirée sèche, la pression de l'eau sur cette bavette propulse le leurre vers l'avant, puis il décrit un arc de cercle en revenant se placer à la verticale.

Il devient très difficile de se procurer ce leurre pourtant excellent, le principal importateur français en ayant arrêté la distribution.

 

Têtes plombées ou leurres souples spéciaux

leurre souple spécial dandine
En théorie il est parfaitement possible d'utiliser un leurre souple classique sur tête plombée ordinaire pour pêcher à la dandine. Mais tous les modèles ne conviennent pas, le principal inconvénient étant que la queue du LS se pique régulièrement sur la pointe de l'hameçon.

C'est pourquoi certains LS ou certaines têtes plombées ont été spécialement dessinés pour la pêche verticale.

 

III:

L'art de la dandine

dandine Rapala W

Pratiquée mécaniquement la pêche à la dandine peut sembler idiote et fastidieuse, sans finesse. Le poisson se prend tout seul en quelque sorte...
En réalité, quand on a compris toutes les possibilités qu'elle offre, non seulement on prend beaucoup plus de poissons mais surtout on s'amuse comme un fou.

Car il est possible de pousser les poissons, notamment les perches, dans leurs derniers retranchements. On a parfois l'impression de les prendre "contre leur gré", grâce à des manoeuvres subtiles et perfides auxquelles elles succombent bien malgré elles. Souvent elles tapent, se piquent et se décrochent plusieurs fois avant de se faire prendre pour de bon. C'est le jeu du chat et de la souris...

Il est important de bien comprendre les règles d'animation, car elles s'appliquent à la plupart des leurres à dandiner et je n'y reviendrais donc plus par la suite.

Un principe ultra simple...

L'action de pêche à la dandine consiste à laisser couler le leurre jusqu'au fond, puis à l'animer par une succession de tirées et de relâchés dans un plan vertical ou proche de la verticale. Chaque tirée décolle le leurre du fond, chaque relâché le laisse retomber en chute libre. "En chute libre" :pêche à la dandinettec'est important avec certains leurres qui ne travaillent qu'à la descente et ne doivent donc pas être bridés par la tension du fil.

Le poisson attaque soit à la descente, soit sur le fond (pendant le bref instant où le leurre reste immobile avant la tirée suivante), soit à l'instant précis où il amorce cette remontée.
S'il prend sur le fond ou à la remontée le ferrage est quasi automatique puisque l'on est en phase de traction. S'il prend à la descente le ferrage est nécessaire, mais encore faut-il voir la touche. Nous en reparlerons.

Si après quelques minutes de cette animation on n'a enregistré aucune touche, on se déplace et on essaie un peu plus loin, sur un autre poste connu ou supposé.

...mais non dépourvu de subtilités

Beaucoup de pêcheurs croient maîtriser la dandine, mais si on les regarde faire on s'aperçoit qu'ils commettent de grosses erreurs et finalement ne prennent vraiment du poisson que quand ça mord à tout va.
Il y a des jours fastes où tout réussit, mais la plupart du temps il en va autrement et après les premières captures toujours faciles les touches s'arrêtent. Sont-elles parties ? Rien n'est moins sûr, il est probable qu'il en reste mais qu'elles se méfient.
C'est là que la bonne maîtrise de la dandine fait une différence parfois considérable et que le spécialiste continue à "extraire" régulièrement du poisson (non sans mal parfois) tandis que le novice conclue que "aujourd'hui y'a rien à faire"...

Passons en revue les principales erreurs à éviter:

Première erreur : animation trop énergique, trop ample et trop sèche.

Le mauvais pêcheur à la dandine se reconnaît à 200 mètres, à ses ferrage appuyés et ininterrompus.
Rrran, Rrran, Rrran ! Qu'est-ce qu'il leur met, les pauvres doivent en attraper le tournis à défaut d'attraper le leurre :-)
Les carnassiers ont de bons réflexes, mais intercepter un morceau de plomb qui passe de 0 à 150 km/h en 1/10ème de seconde, c'est beaucoup leur demander... Si tant est qu'ils aient l'intention d'attaquer d'ailleurs, car il ne faut pas les prendre pour des billes, ils savent faire la différence entre un comportement inhabituel qui stimule leur curiosité, et un comportement surnaturel qui risque fort d'avoir l'effet inverse.

perche à la dandineAutrement dit il faut les provoquer sans éveiller leur méfiance et en favorisant la séquence d'attaque. On y parvient en jouant sur l'amplitude et la vitesse du geste :

L'amplitude "standard" est de l'ordre de 70 cm. Parfois beaucoup moins (10 cm) pour du poisson réticent, parfois beaucoup plus (2 ou 3 mètres) mais il s'agit d'une manoeuvres spéciale qu'on n'utilise que de temps en temps et sans la répéter.
70 cm ça semble beaucoup mais c'est peu. Faites le test suivant : attachez un leurre et sortez un mètre de fil de la canne, posez le leurre à terre, placez le scion à environ 30 cm du sol et donnez un petit coup de poignet comme pour animer. Votre mouvement, bien qu'assez vif, doit s'arrêter avant que le leurre ne soit soulevé du sol. Ce test simple vous donne une idée assez précise de ce que doit être l'animation d'un leurre à dandiner.
La vitesse, ou plutôt l'accélération, est plus difficile à définir. Disons qu'il ne s'agit en aucun cas d'un ferrage énergique, ni même d'un ferrage ordinaire. C'est une tirée sèche, dont le bon dosage est souvent la clef du succés. Trop sèche le poisson s'inquiète, pas assez sèche il risque d'éventer le piège (encore que...). Dans l'ensemble il est beaucoup plus fréquent d'être trop sec que pas assez, alors modérez vos ardeurs, et dans tous les cas si vous sentez du poisson qui tape sans se prendre, ralentissez la manoeuvre.
Ceci dit la bonne tirée varie avec l'humeur du poisson mais aussi avec le type de leurre, et il faut donc fréquemment chercher pour trouver la bonne "carburation". Le tout est de rester dans les limites du raisonnables.

L'idéal, pour apprendre rapidement, c'est de pêcher dans un endroit où il y a un bonne densité de perches, même petites : les touches seront nombreuses et elles vous feront vite comprendre ce qu'elles préfèrent.

Deuxième erreur : animation trop monotone.

perche à la dandineSi l'amplitude et la vitesse sont bien maîtrisées, vous prendrez du poisson même en pêchant comme un métronome. Mais le but du jeu c'est bien sûr d'en prendre le plus possible, et de préférence plus que le copain ;-)
En variant l'animation on multiplie l'efficacité de cette technique par deux ou trois, au minimum. S'il y a un secret dans cette pêche c'est bien celui-là.

Varier l'animation cela veut dire varier l'amplitude comme la vitesse, et même introduire des ruptures de rytmes draconniennes allant de l'immobilité complète à la gigue endiablée mais de très courte durée. Nous verrons cela plus en détail, mais pour l'instant je mentionne les "manoeuvres" les plus classiques :

- Pause d'une ou deux secondes, sur le fond, au ras du fond ou en fin de tirée.
- Alternance d'une série de tirées très courtes et lentes entre deux séries de tirées ordinaires.
- Descente ou montée par palliers.
- Lente glissade du leurre.

 

sandre et perches à la dandineIl existe des stratagèmes encore plus pointus, comme la non-animation (on s'éloigne de la dandine pure, mais c'est à connaître), ou la combinaison leurre à dandiner/appâts naturel, qui non seulement fait intervenir le sens olfalctif du poisson mais modifie notablement l'action du leurre.

Enfin, la dandine ne se limite pas à des aspects techniques, il y a également des aspects tactiques comme le choix d'un leurre plutôt qu'un autre, le choix des meilleures périodes pour la dandine par rapport aux autres techniques, certaines stratégies de prospection qui utilisent la dandine pour des raisons aussi bien psychologiques que techniques, etc.

Comme on le voit, la dandine est loin d'être la méthode poussiéreuse qui suscite l'ironie de certains, c'est au contraire une technique moderne, qui demande astuce, réflexion et savoir faire.
Et surtout, pratiquée à bon escient, c'est une pêche productive et riche en émotions. Il faut, après une série ludique de perchettes frivoles, avoir ressenti l'inertie du beau brochet qui se laisse monter lentement avant d'ouvrir les hostilités, ou encore les coups de tête sourds et têtus du sandre qu'on n'attendait plus, pour vraiment apprécier les plaisirs de la pêche à la dandine.


Source: Carnassiers.com

10 votes. Moyenne 3.90 sur 5.

Commentaires (3)

1. Sedlex 25/04/2010

Bien

2. patrick 02/01/2011

tres interressant merci

3. Only 06/03/2011

Bonsoir!
Je n'arrivais pas trouver de site aussi intéressant sur cette méthode de pêche. Merci pour ce site remarquablement bien réalisé, je suis novice et je souhaite changer de la pêche au coup sans avoir beaucoup de moyens. Auriez-vous des vidéos ?

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site