La peche de la truite en lac

En lac, la nourriture est peu abondante. Les poissons se situent là où ils trouvent de quoi manger. La réussite de la pêche dépend donc de la localisation de leurs sites d’alimentation !

La pêche en lacEn lac de montagne, l'eau est limpide, la pression de pêche faible, les poissons peu sollicités demeurent farouches. Les résultats varient d'un lac à l'autre. La surface n'est pas forcément le gage de réussite essentiel.
L'activité des poissons dépend de l'ensoleillement et des vents, autrement dit, elle demeure très peu prévisible. Parfois les truites sont en mouvement le matin et le soir, parfois en plein milieu de la journée. Il est évident que les chances de prises augmentent avec leur activité !

Dans certains lacs les truites cohabitent avec les ombles chevaliers et les cristivomers.
Les ombles occupent les zones les plus profondes du lac et ce n’est qu’au moment des grandes éclosions, aux mois de mai et juin, qu’ils montent vers la surface.
Les cristivomers eux aussi sont des habitants des grandes profondeurs. Ils apprécient tout particulièrement les zones d’ombre et se réfugient dans les grottes immergées et autres anfractuosités rocheuses. Ces grands carnassiers s’intéressent à tous les autres poissons de taille plus petite que la leur !



Les bons postes

Le plus délicat en ces lieux est de trouver les postes habituels des truites qui vivent rarement isolées et se déplacent beaucoup. De plus, elles se positionnent à des hauteurs précises mais variables selon les saisons et la température. En fait, elles suivent les déplacements de leur nourriture.

Elle se situent le plus souvent dans une couche supérieure de 7 à 15 m de profondeur et sur une largeur d'une trentaine de mètres à partir du bord, c'est-à-dire dans la zone où la nourriture est plus fréquente. La présence d'arbres ou d'arbustes attire les truites qui consomment sous leurs branches, les insectes qui tombent à l'eau.
Les plages de sable, graviers et cailloux sont souvent plus peuplées que l'aplomb des falaises. Les larves et les petits poissons y sont présents et par corollaire les truites qui s'en nourrissent, fréquentent ces endroits.
Ne négligez jamais les arrivées d'eau. Les poissons sont souvent présents là où les ruisseaux apportent de la nourriture.
Quant aux ombles et cristivomers, en règle générale il faut les chercher dans tous les secteurs profonds à condition qu’ils soient encombrés d’obstacles et situés à l’ombre.



Les techniques reines

Toutes les techniques classiquesdestinées à la pêche de la truite sont applicables aux grands lacs. Il faut se renseigner sur place sur les méthodes les plus efficaces ainsi que sur la possibilité de sorties de pêche à la traîne. Le plus raisonnable est d’avoir recours aux services d’un guide qui vous emmène en toute sécurité et sait vous conseiller sur les techniques à employer.

Un assortiment de bombettes de différente densité, flottantes, semi-plongeantes et plongeantes, rend possible non seulement d'atteindre des postes éloignés du bord donc peu pêchés, mais aussi de prospecter les différentes profondeurs. Vous pouvez utiliser les leurres classiques à truites, cuillers, poissons nageurs, mini ondulantes, mais également des appâts naturels tels que la teigne, le ver ou le vairon.
La technique du vairon mort manié, monté sur une monture casquée lourde, se révèle l’excellente pour aller provoquer les gros salmonidés, au cœur de leur refuges sur le fond.

Le transport du matériel en lac d'altitude devient un critère de choix primordial. Il doit être léger et peu encombrant : une canne à lancer télescopique assez longue (3,5 à 4 m) permet de pêcher aux leurres et aux appâts naturels.



Une approche discrète

Les eaux lacustres sont limpides et d’autant plus pauvres que l’on s’éloigne des rives. Se camouflersuffisamment est obligatoire car il y a rarement foule au bord des lacs et la présence de pêcheurs a en général pour principale conséquence d'effrayer les truites qui regagnent les fonds.

Vous avez donc tout intérêt à vous camoufler et anticiper les déplacements des poissons. Si vous voyez un poisson se nourrir régulièrement à la surface mais à chaque fois un mètre du point précédent, évitez de lancer le leurre ou l’appât juste devant le poisson, essayer plutôt de deviner son itinéraire et de l’intercepter sur son passage.



11 votes. Moyenne 1.91 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×