La truite au poisson nageur

Technique reine pour réveiller l’instinct territorial de la truite...

La truite au poisson nageur La pêche au poisson nageur se montre particulièrement efficace en début de saisonlorsque les truites après leur reproduction doivent reconquérir de nouveaux territoires de chasse. Bien que les petits poissons nageurs peuvent également être utilisés tout l'été, même par eaux basses, c’est surtout pour réaliser de vastes prospections que cette technique prend sa vraie dimension. 80% des attaques interviennent au premier passage ce qui n’exclue pas malgré tout quand les postes sont marqués, un ratissage méticuleux en modifiant de trajectoire à chaque lancer. Il convient également de changer régulièrement de poisson nageur en fonction de la profondeur et la configuration du poste.



Le choix du bon modèle

Trois grandes familles de poissons nageurs se complètent afin de pouvoir explorer tous les postes. Les flottants à corps allongé et petite bavette sont les plus performants sur les zones peu profondes.
Les flottants à grande bavette permettent de prospecter sans difficulté toutes les zones intermédiaires, d’environ un mètre de profondeur. Pour finir, les coulantségalement appelés plongeants, dont la densité est supérieure à celle de l’eau, rendent possible de ratisser les fosses profondes. Il suffit de leur laisser un temps d’immersion plus ou moins long selon la profondeur.
Quant aux coloris, choisissez des modèles imitant le vairon, la truitelle et en règle générale plutôt sombres ou dorés. Par eau teintée, la couleur chartreuse fluo donne d’excellents résultats. En ce qui concerne la taille, des modèles de 3 à 7 cm sont les plus polyvalents.



Action de pêche

Tout dépend de l’époque de l’année et de la force du courant. En début de saison, les truites s’installent surtout dans les zones de calme, à proximité mais malgré tout à l’abri du courant principal. Il convient donc à cette époque de prospecter en priorité les bordures. Réalisez des lancers ¾ aval en ramenant le poisson nageur parallèlement à la berge.
Au fil des jours, le niveau d’eau baisse, l’eau se réchauffe et les truites s’engagent plus volontiers dans les courants. Dans ces conditions, débutez la prospection par l’amontet faites dériver dans le courant le poisson nageur de façon à lui faire réaliser un arc de cercle au ras du fond ce qui souvent déclenche l’attaque. La vitesse de récupération du leurre est lente afin qu’à tout moment, il demeure proche du fond.



Matériel

En début de saison, un lancer léger de 2,20 m à 3 m, d’une puissance de 5 à 15 g et d’action semi-parabolique fait l’affaire. Par contre, au cœur de l’été, optez plutôt pour un lancer ultra-léger d’une longueur de 1,80 m à 2,20 m et d’une puissance moyenne de 3 à 10 g.
Dans tous les cas, utilisez un moulinet léger, garni en 16/100 fluo, doté d’un frein précis et d’une vitesse de récupération relativement lente, 60 à 65 cm par tour de manivelle.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Arnaud 14/04/2012

Merci pour ces renseignements de bases qui pourrons surment etre qu'efficace. Bne peche a tous.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×